Un bon rapport est facile à reconnaître. Son titre est précis et informatif, son layout et sa forme sont bien organisés, et son support est facile à manipuler et s’ouvre pleinement révélant texte et diagrammes.

La lecture d’un rapport technique bien rédigé est agréable : le style est précis, fluide et concis, avec des titres indiquant le contenu de chaque section. Les diagrammes sont bien présentés clairement libellés.


On ne peut pas parler de règles exactes est absolues pour les détails de la production d’un rapport, car chaque rapport doit être adapté aux besoins de ses lecteurs. Ce guide suggère des lois pour la bonne rédaction d’un rapport, en prenant compte du fait que, dans le domaine de la communication, des lois doivent être souvent appliquées mais peuvent parfois être enfreintes si nécessaire.

Toutefois, ces lois ne peuvent être enfreintes que par une connaissance de base, c’est-à-dire seulement si le rédacteur s’est vraiment ce qu’il fait. Ces lois seront largement discutées à travers ce guide et elles sont :

  1. Le lecteur est l’élément le plus important
  2. Garder le rapport le plus court possible
  3. Organiser convenablement pour le lecteur
  4. Toute référence doit être correcte en tous ces détails
  5. L’écriture doit être précise, concise et discrète
  6. Le bon diagramme avec le bon libellé doit être dans la bonne place pour le lecteur
  7. Les synthèses reflètent une vue globale, mais en miniature
  8. Le rapport doit être sujet de vérification concernant les erreurs techniques, de tape et d’incohérence
  9. Le rapport doit paraître aussi bien qu’il est réellement
  10. Le lecteur est l’élément le plus important

Oui, la première loi est belle et bien répétée, puisqu’elle est la seule à ne jamais enfreindre. La flexibilité et l’adaptation peuvent se voir d’utilité, mais seulement si c’est pour rendre le rapport plus aisément accessible au lecteur.